L’émission que présentait Daniel Schneidermann sur France 5 ne sera pas reconduite à la rentrée. Le couperet est également passé très près pour l’émission Riposte (également sur France5) présentée par Serge Moati.

Ceci est une grande perte pour tous ceux qui pouvait encore regarder des programmes non aseptisés, capables de présenter une analyse objective des médias, des modes de communication et de transmission de l’information, avec bien entendu les dérives qui en découlent.

Il n’est pas inutile de rappeler en l’occurrence que les personnes ayant validé « l’exécution » de cette émission sont de près ou de loin liées au régime présidentiel (Patrick de Carolis, président de France Télévision et Philippe Vilamitjana directeur des programmes de France5 notamment).

Ceci fait figure d’avertissement sans frais pour les journalistes et les organes de presse qui seraient tentés de dénoncer la collusion entre les médias financés par les « grands groupes » et le pouvoir politique, de critiquer l’orientation éditoriale de certains organes qui commencent à dévier dangereusement vers la propagande « sarkozyste », ou qui seraient tout simplement tentés d’affirmer leur désaccord avec tout ou partie de la politique gouvernementale.

Affirmer qu’une « black list » regorgeant de journalistes ou d’organes de presse se trouvant dans le viseur de « l’Etat UMP » existe bel et bien, ne relève plus du fantasme. Affirmer également que la liberté de la presse est menacée en France par la censure (ou l’auto censure ce qui revient exactement au même) ne relève plus du fantasme non plus.

Sachant que Nicolas Sarkozy a dit « vouloir la tête » de Jean-François Kahn (rédacteur en chef de Marianne), sachant également que Laurent Joffrin (Libération) à subi des pressions de la part de l’exécutif pour ses éditoriaux trop « caricaturaux » envers notre président, il est évident que les journalistes et médias (notamment les indépendants) ont également du souci à se faire quant au libre exercice de leur métier.

Si nous ne voulons pas que le paysage audiovisuel français se résume au journal de 13 heures de Jean-Pierre Pernault, à la posture extatique de David Pujadas devant le jogging du chef de l’état, ou à la téléréalité et au Droit de Savoir, il serait temps de trouver un moyen de s’opposer à la politique de propagande qui se met doucement mais sûrement en place dans ce pays….

Lien vers le blog de Daniel Schneidermann :

http://www.bigbangblog.net/article.php3?id_article=650